Accueil

« Le pastoralisme regroupe l’ensemble des activités d’élevage valorisant par un pâturage extensif les ressources fourragères spontanées des espaces naturels, pour assurer tout ou partie de l’alimentation des animaux »

Définition de l’Association Française de Pastoralisme

L’Association Française de Pastoralisme existe depuis 1984. Elle favorise les échanges, la mise en réseau entre tous les acteurs du pastoralisme.

Elle a pour but de promouvoir la modernité du pastoralisme dans ses dimensions scientifiques, techniques et culturelles, et d’apporter une expertise collective auprès des instances en charge des politiques relatives aux activités pastorales.

Pour répondre à ces objectifs, l’AFP met en réseau les acteurs du pastoralisme grâce à des outils de partage : animation, rencontres, séminaires et revues. Elle coordonne également des groupes de réflexion nationaux.

L’AFP fonctionne grâce au travail bénévoles des membres de l’association, notamment les membres du Conseil d’Administration présidé par Bruno Caraguel, et des bénévoles volontaires.


Le pastoralisme en France

C’est une activité de production : élevages allaitants pour la viande ou laitiers pour le lait avec transformation en fromages éventuelle. La laine fait aussi partie des productions pastorales. Elle utilise des surfaces pastorales proches des sièges d’exploitation (parcours et estives locales) ou s’organise à l’échelle régionale ou interrégionale en ayant recours aux transhumances estivales ou hivernales. La relation homme / animal / nature est la clef de voute du système d’élevage pastoral, qui s’appuie sur des races animales adaptées avec un bon niveau de domesticité, sur la complémentarité des milieux et des ressources pastorales pour satisfaire les besoins d’un troupeau en production tout en préservant la qualité et la richesse de ces milieux et le renouvellement des ressources.

En France, le pastoralisme est considéré d’intérêt général par le Code Rural, il se caractérise par :

  • La diversité des systèmes d’élevage concernés (ovin, bovin, caprin, équin) ;
  • L’étendue et la diversité des milieux naturels pâturés (estives de haute montagne, parcours méditerranéens, milieux humides de Camargue ou des Marais Atlantiques…) ;
  • La qualité de ses productions directes (agneaux labels, fromages AOC…).
  • La capacité à générer des productions indirectes (culture, tourisme, paysages, attractivité des territoires…)

Les alpages, estives et parcours de montagne font vivre 60 000 exploitations, soit 18 % des élevages de France (vaches, brebis, chèvres et chevaux) et 22% du nombre total des animaux. L’ensemble de ces exploitations représente 5,4 millions d’Ha, dont environ 1,5 millions sont constitués d’estives, d’alpages et de parcours de montagne. (Pour mémoire : France métropolitaine = 55 millions d’hectares ; Agriculture Française = 28 millions d’hectares). Ces élevages sont principalement situés en zones de montagne mais aussi sur les marais côtiers.

La Loi pastorale de 1972, une base législative unique en Europe

  • Groupement Pastoral (GP) : structure collective d’éleveurs qui permet de regrouper les troupeaux et gérer en commun les espaces pastoraux.
  • Association Foncière Pastorale (AFP) : forme d’association syndicale de propriétaires de terrains à vocation agropastorale.
  • Convention Pluriannuelle de Pâturage (CPP) : contrat de location régi par le Code Civil. Nombreuses dispositions locales définies par arrêté préfectoral et application adaptée aux espaces pastoraux.

En 2012 : environ 1000 Groupements pastoraux regroupent plus de 5500 éleveurs. 350 AFP rassemblent 33 000 propriétaires et 205 hectares.

NB : Il n’existe pas de base de données nationale sur le pastoralisme en France. Les données proposées par l’AFP sont issues de compilation de données recueillies auprès de ses membres pouvant dater pour certaines de 2012.

Rejoignez-nous

L’Association Française de Pastoralisme est une association loi 1901. Côté gouvernance, elle possède un bureau et un conseil d’administration de 21 membres représentant la diversité des acteurs pastoraux, présidé par Bruno CARAGUEL (Fédération des Alpages de l’Isère). L’association emploie une animatrice à mi-temps, Laurine AZZOLA, mise à disposition par l’ADEM de la Drôme, et fonctionne également grâce au travail bénévole des membres de l’association.

L’adhésion est ouverte à l’ensemble des acteurs du pastoralisme qu’ils soient personnes physique ou personne morale. Ainsi l’AFP se nourrit de la diversité de ses adhérents et sympathisants : éleveurs, bergers, recherche (CIRAD, INRAe, Universités…), enseignement (Institut Agro, formation professionnelle …), services techniques (Idele, services pastoraux, chambre d’agriculture…), les centres culturels (Maison du berger, Maison de la transhumance etc.) les collectivités territoriales, les gestionnaires d’espaces naturels (ONF, Parcs…), étudiants etc.  

Adhérer à l’AFP c’est …

  • Faire partie d’un réseau national d’actrices et d’acteurs du pastoralisme d’horizons divers
  • Pouvoir participer aux événements de l’AFP : Rencontres Nationales, Séminaire, Ateliers adhérents
  • Recevoir la revue Pastum (2 numéros/an et 1 hors-série des actes du séminaire de l’an passé)
  • Faire porter votre voix et vos envies pour le pastoralisme
  • Bénéficier des services rendus par l’AFP : coordination et mise en réseau, interlocuteur auprès des politiques publiques sur les questions de pastoralisme, diffusion de l’information issue de ses membres…


Adhérer à l’AFP c’est aussi apporter votre soutien financier pour pérenniser une animation à mi-temps et renforcer la légitimité de l’AFP pour solliciter les fonds publics nécessaires à ses actions !

Tarifs :

  • Personne Physique : 40€
  • Personne Morale : 300 €
  • Etudiant : 10 €
  • Abonnement à Pastum : 50 € (réservé aux bibliothèques et centre de ressources).

L’adhésion est ouverte à l’ensemble des acteurs du pastoralisme.

Pour rejoindre le réseau AFP :