Le Séminaire

Le Séminaire aura lieu le 7 décembre 2018 à Montpellier

Consultez le programme ici

Inscriptions en ligne avant le 30 novembre 2018 ici

L’économie agro-pastorale revisitée
Formes et conditions de développement de systèmes combinant création de richesse et d’emplois et entretien des écosystèmes

Présentation du Séminaire

A l’instar de l’ensemble de la France, les régions agropastorales ont connu des évolutions des techniques, des  prix et des marchés et des politiques
agricoles, qui ont contribué à un accroissement rapide de la productivité
physique du travail depuis les années 1950. Celles-ci se sont accompagnées d’une diminution du nombre d’emplois agricoles, d’autant plus massive que, face à ce mouvement général, ces régions étaient placées dans des conditions souvent moins favorables qu’en plaine. La spécialisation, avec l’abandon pour certaines de l’élevage ou au contraire l’agrandissement des exploitations et des troupeaux, a contribué à renforcer la sous-utilisation des espaces les plus «difficiles» (jugés moins productifs, plus accidentés, trop éloignés/enclavés, etc.) et, par la même, la fermeture des paysages. Toutefois, des expériences conduites par des éleveurs, individuellement ou fédérés en groupes locaux, dans des régions agro-pastorales diverses, suggèrent qu’une alimentation des troupeaux basée sur une utilisation combinée de l’ensemble des terroirs, y compris ceux jugés plus difficiles, menée dans une logique de réduction des coûts, permettrait d’accroître la création de valeur ajoutée tout en contribuant à l’entretien des écosystèmes. Cette création de richesse semble également renforcée lorsque ces pratiques agro-pastorales économes sont combinées à une valorisation plus poussée des produits, grâce à des signes officiels de qualité quand ils existent, ou à la
transformation et commercialisation directe de leurs produits par les éleveurs.
Ce séminaire vise à explorer le fonctionnement de ces systèmes agropastoraux et à analyser leurs résultats économiques et en termes d’utilisation des milieux. Afin d’évaluer s’ils peuvent constituer des pistes de développement agricole pertinentes pour l’agro-pastoralisme, on cherchera à comparer les systèmes de production de ces régions, tant en termes de capacité à créer de la richesse et des emplois, de dépendance aux soutiens publics, de robustesse face aux aléas (climatique, prix…), que pour leur impact sur les écosystèmes et le paysage. On s’interrogera alors sur l’ensemble des conditions à réunir pour favoriser leur développement (politique agricole, marchés, etc. )